mercredi 1 août 2012

Les figures illustres du Brabant wallon. Épisode 5 : Albert de Dion à Dion-le-Val

Connaissez-vous l’automobile de Dion-Bouton ?
Quel est le lien avec la balade dans le Brabant wallon et notre recherche de personnages marquant son histoire ?
Ceci nous amène à parler de Jules Philippe Félix Albert de Dion, de la branche de Dion-le-Val, charmant village dans l’entité de Chaumont-Gistoux.
Arrêtons-nous-y un moment pour la cinquième étape de notre périple.




Le comte Albert de Dion né en 1856 près de Nantes, appartient à la branche française des Dion. Le domaine seigneurial fut partagé entre les deux fils d’Adrien II de Dion, celui qui fit reconstruire le château de Dion en 1542. Celui-ci avait à l’époque un air défensif. Il fut réaménagé et réduit. Il possède toujours une ancienne chapelle castrale.


Ancien château de Dion-le-Val. Gravure de Harrewijn


Le fils aîné Gilles demeura à Dion. Jean, son cadet, partit en France sur le domaine de Wandonne. Six générations après, Albert de Dion, vint parcourir le fief de ses ancêtres belges au volant d’une automobile de sa confection, s’attardant au château et au cimetière où se trouvent les pierres tombales de ses ancêtres.

Albert de Dion était un sportif passionné de technologies nouvelles. Il rencontra en 1881 un ingénieur parisien, créateur d’une petite machine à vapeur, Georges Bouton et un certain Charles-Armand Trépardoux. Ce dernier se sépara rapidement des deux premiers compères.


Le couple Dion-Bouton était né pour le plus grand bonheur de l’histoire de l’automobile.

Les véhicules de Dion-Bouton sont à vapeur. Quadricycles et tricycles à vapeur seront fabriqués jusqu’en 1904.

En 1894, le comte de Dion tracta une calèche entre Paris et Rouen à l’aide d’un tracteur à vapeur de sa fabrication.  En 1895, l’entreprise s’intéressa aux moteurs à essence et mit au point un moteur à grande vitesse (1500-3000 tours), vendu à plusieurs marques automobiles célèbres, comme Peugeot et Renault, entre autres.
En 1899, il déposa le brevet de la vis-à-vis appelé la petite voiture, première voiture produite en série. En 1902, la marque lança la Populaire à moteur avant, recouvert d’un capot métallique de forme dite « toboggan ».


En 1905 l’entreprise Dion-Bouton s’orienta, peu à peu, vers la voiture luxueuse avec le lancement de limousines.
La firme Dion-Bouton arrêta la production de voitures de tourisme en 1932 mais poursuivit celle d’autobus jusqu’en 1953 ainsi que de bicyclettes encore pendant une dizaine d’années.

Le 18 mai 1958, l’Antique Car Club de Belgique organisa un rallye de voitures anciennes de Bruxelles à la place de Dion-le-Val où devait être érigée une stèle.


C’est maintenant chose faite !




Pour en savoir plus :

A la découverte de Chaumont-Gistoux / R. Delooz
Lonzée : Delooz R., 1995. - 161 p. : ill., photos, dessins, cartes ; 27 cm

L'entité de Chaumont-Gistoux / Le Cercle historique de Chaumont-Gistoux
Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 1999. - 128 p. : ill., photos ; 24 cm. - (Mémoire en images)

Le marquis de Dion et l'automobile / Robert Haulotte
Bulletin du cercle historique de Chaumont-Gistoux ; nr. spécial  (2004), p. 1-11

Mille ans d'histoire et de vie associative à Dion : 987-1987
Dion-Valmont : Foyer socio-culturel de Dion-Valmont, 1987. - 139 p. : photos, carte ; 24 cm + notes bibliographiques

La vie d'un village : Dion-le-Val / Charles Van Craenenbroeck
[S. l.] : Van Craenenbroeck C., 1987. - 202 p., [40] pl. d'ill. : ill., photos ; 30 cm


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire