mardi 20 mai 2014

Les figures illustres du Brabant wallon. Épisode 17 : Pierre Colon (18e siècle) et les grottes de Folx-les-Caves (Orp-Jauche)

La 17e étape va nous conduire dans les entrailles d’un petit village de l’entité d’Orp-Jauche, à l’est du Brabant wallon : Folx-les-Caves. Le petit village de Folx dans le vallon de la Petite Gette est célèbre par ses souterrains, nommés couramment caves ou  Grottes, datant de plusieurs siècles. Ceux-ci s’étendent sur plus ou moins 6 hectares et descendent jusqu’à 18 m de profondeur.

Grottes de Folx-les-Caves (Wikipédia)

Plusieurs hypothèses existent à propos de leurs origines. Ces souterrains sont anciens puisque le village en tire son nom. Certains prétendent qu’ils datent de la préhistoire mais cette théorie ne s’appuie sur aucun indice. On ignore par qui et pourquoi ils ont été creusés mais ce qui est sûr c’est qu’on en a extrait de la marne pour amender les terres agricoles d’une part et que l’on y a également exploité des couches de grès jusque fin du 19e siècle. Certaines traces de coups de pic donnés par les mineurs sont encore visibles sur les parois de la mine. On prétend également que les caves auraient servis de refuge aux populations pendant les guerres de religion. De même, pendant la Terreur, des religieux s’y sont réfugiés.

Un ruisselet souterrain parcourt quelques dizaines de mètres avant d’aller se jeter dans la Petite Gette. On raconte qu’un canard y fut lâché et retrouvé dans le puits dépendant du presbytère de Jandrain.
En 1914, un officier belge poursuivi par les Ulhans y trouva refuge une dizaine de jours.

Les histoires à propos des Caves de Folx sont nombreuses mais il y a une qui retient notre attention, celle du célèbre Brigand Colon.
Statue de Pierre Colon (Wikipédia)

 

Vers 1750, un habitant de Folx-les-Caves, Pierre Colon,  avait sa maison près du bois des Caves aujourd’hui disparu. Un puits creusé dans sa cave communiquait avec les souterrains dans lesquels il descendait à l’aide d’une échelle de cordes. Les riches marchands, notamment de chevaux pour l’armée, passant par le bois ou du côté de la « chaussée romaine » furent très souvent la proie de notre brigand. Pierre Colon, se réfugiait alors dans les grottes et était ravitaillé par sa femme. Bien des tentatives faites pour l’appréhender restèrent longtemps vaines. Il fut un jour emprisonné dans la prison du château de Jauche mais il s’en échappa déclarant au châtelain qu’il lui faudrait un meilleur pigeonnier pour élever des pigeons (colon en wallon).

Il continua sa vie aventureuse pendant plusieurs années, se réfugiant dans le labyrinthe des souterrains. Il fut pris au piège, à table, avec tous les siens. Il fut pendu sur les lieux de ses méfaits.

Pierre Colon était bon prince, il secourait la veuve et l’orphelin. Il bénéficia dès lors de la sympathie des villageois pour sa générosité et son ingéniosité. Le rapprochement est facile, n’était-ce pas notre « Robin des Bois » local ?

La « fête à Colon » organisée depuis 1988, anime Folx-les-Caves le premier week-end d’octobre.
 

Pendant longtemps les grottes ont servi d’entrepôt au matériel agricole.  A la fin du XIXe siècle, elle devint une champignonnière exploitée de père en fils jusqu’en 1975. En 1948, on produisait encore 180 kg de champignons par jour. La Confrérie des champignons de Folx-les-Caves créée en 1985 promotionne les champignons farcis. Elle organise son chapitre dans les grottes de Folx-les-Caves chaque dernier samedi du mois de juin.

Le site est maintenant devenu un gîte d’hivernage pour les chauves-souris. Le site classé fait partie du réseau Natura 2000.

En conclusion, nous dirons que les Grottes de Folx-les-Caves sont les seules grottes du Brabant wallon et qu’elles valent le détour lors d’une petite escapade touristique.

 

 
Pour en savoir plus :

 
Le brigand Colon des caves de Folx / Edm. Bourguignon
Folklore brabançon ; nr. 40, février 1928, p. 244-253

Extrait du guide fidèle : "Foux" (Folx les Caves)
Au fil du temps ; nr. 2, 2002, p. 23

Histoire des souterrains de Folx-les-Caves / Désiré Racour
Namur : J. Godenne impr., 1909

 
Sites :