lundi 14 juillet 2014

La guerre 14-18 : Témoignages en Brabant wallon

La Bibliothèque publique centrale du Brabant wallon (FWB) a publié, dans le cadre du 100e anniversaire de la 1ère guerre mondiale, un ouvrage inédit!

Celui-ci est disponible au fonds patrimonial.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

lundi 7 juillet 2014

Les figures illustres du Brabant wallon. Épisode 18 : Arnoul Ier de Limal et la Tour de Moriensart (Céroux-Mousty)

Céroux-Mousty (Ottignies-Louvain-la-Neuve) et plus particulièrement la Tour de Moriensart  est la 18e étape de notre balade historique et pittoresque dans le Brabant wallon.

Pourquoi s’arrête-t-on devant cette tour construite au XIIIe siècle à la limite du Duché de Brabant ?     
 
Tour de Moriensart
Source : Okgni
 
Elle est située au sud-ouest du village sur un vaste plateau cerné de bois que la tour domine de loin. C’est une lourde et belle tour carrée de style roman tardif.

M. Wauters, dans son histoire du duc Jean 1er, parle d’elle comme d’un géant dominant toute la plaine d’alentour. Elle constitue un des rares spécimens encore subsistants de l’imposante architecture civile et militaire du XIIIe siècle.

Elle est construite en pierres calcaires blanchâtres auxquelles se mêlent des éléments de grès ferrugineux sur les 3 étages inférieurs, le quatrième étage avec un toit pyramidal à quatre pans, ses pignons à gradins et ses tourelles de forme octogonale est beaucoup plus récent, datant probablement du XVIIe siècle. Chaque face a des ouvertures et prouve que le donjon était isolé au moyen-âge comme sur la gravure d’Harrewijn en 1705.
 
Gravure d'Harrewijn
Source : Okgni
Le commanditaire de la Tour de Moriensart serait Arnoul Ier de Limal dit Moreau, Morel, Moriel ou Morial, chevalier, seigneur de Moriensart et de Limal en partie, tige de la branche de Moriensart. 
 
Son influence fut prépondérante au sein du duché de Brabant. Il exerça de 1221 à 1229 la charge de bailli de Nivelles et intervint dans plusieurs chartes ducales et abbatiales.

Source : Okgni
Le sobriquet Morel, Moreau ou Moriaux serait à l’origine du toponyme Moriensart qui renvoie à la pratique de l’essartage ou défrichage de terres incultes en vue de leur exploitation. C’est vers 1217 que la famille de Limal apparaît divisée en deux branches, les Limal-Rixensart et les Limal-Moriensart. La Seigneurie de Moriensart est alors créée.

Le donjon de Moriensart est plutôt une maison forte qui avait un rôle d’habitat mais aussi de défense et de refuge pour la population. Elle est également un signal, un modèle d’affirmation sociale qui décline l’état privilégié de ses occupants issus de la noblesse ou de la chevalerie. (Le morcellement seigneurial de Céroux-Mousty / Sébastien De Bock et Cécile Lucas)

Au XVIIe, des bâtiments formant une basse-cour non fermée sont déjà présents, détruits par un incendie au XVIIIe et reconstruits fin du siècle.
 
 

Au XIXe, la ferme reconstruite est de type hesbignon. Ferme carrée, typique du XVIIIe siècle, elle s’ordonne autour d’une vaste cour.

Le corps du logis, les écuries, étables et autres dépendances s’étendent en quadrilatère au pied du donjon. Vers 1860, avec ses 112 hectares, la ferme seigneuriale tient la première place dans le paysage agricole de Céroux-Mousty.

Celle-ci fut exploitée par des fermiers locataires durant les 19e et 20e siècles liés par des baux à ferme et ce jusque 1966.
 
 
 
 

Quant à la tour, depuis Arnoul Ier, elle passa dans de nombreuses mains. En 1511, le donjon devient la propriété de la famille Ferry et ensuite des Le Vasseur. Au début du 17e, c’est don Pedro Coloma, seigneur de Bodilla en Espagne qui en est le propriétaire. Son fils Pedro réunifia en 1657 tout le domaine de Moriensart. Les Coloma se succédèrent jusqu’en 1795. À partir de cette date c’est la famille van der Dilft de Borchvliet qui reprend le domaine jusque 1947. La tour va alors connaître une nouvelle vie, une annexe est rajoutée pour la doter de nouvelles surfaces habitables mais aussi pour créer une entrée plus noble « côté jardins ». Mais la tour n’est alors habitée que lors des périodes de chasse. En 1947, le Baron Jean Gericke d’Herwijnen devient propriétaire de Moriensart. De nouveaux travaux sont alors entrepris et vont alors donner à la tour et à son annexe l’aspect qu’elles présentent encore aujourd’hui. La ferme et sa tour sont encore aujourd’hui leur propriété.

Dans les années 80, Alain Gericke reconvertit une partie de la ferme en salles de réception et diversifie ses activités. Encore aujourd’hui il continue à veiller « au grain » pour maintenir Moriensart « au top ». L’agriculture n’est pas en reste, elle se poursuit sous la houlette du baron Jean-Evrard Gericke d’Herwijnen.

Le cadre rural du plateau de Céroux a été préservé grâce à la pérennisation de l’ancien domaine foncier de la seigneurie de Moriensart.

Un peu à l’écart de Céroux, Moriensart mérite le détour. Cette tour, témoin historique de notre région, est à l’heure actuelle une des seules demeures privées habitées du type.

Le donjon est classé comme monument, en raison de sa valeur historique et archéologique, au patrimoine majeur de Wallonie.

En 1956, Hergé ne fut pas insensible à son charme suranné et à sa valeur patrimoniale.
 
 

 
Pour en savoir plus :

 
Églises, châteaux, paysages brabançons à la charnière des XIXe et XXe siècles. 03 / Gladys Guyot
Brabant ; nr. 2, mai 1988, p. 36-41

Le morcellement seigneurial de Céroux-Mousty : une histoire des institutions, des bâtiments et des hommes. 03, Le village de Céroux / Sébastien De Bock et Cécile Lucas
Okgni ; nr. 59, mars 2012, p. 3-17

Le morcellement seigneurial de Céroux-Mousty : une histoire des institutions, des bâtiments et des hommes. 04, Le village de Céroux : suite / Sébastien De Bock et Cécile Lucas
Okgni ; nr. 60, juin 2012, p. 3-13

Le morcellement seigneurial de Céroux-Mousty : une histoire des institutions, des bâtiments et des hommes. 06, Le village de Céroux / Sébastien De Bock et Cécile Lucas
Okgni ; nr. 62, décembre 2012, p. 3-22

Les sires de Limal : étude sur une famille noble du Brabant wallon à l'époque féodale / Victor Tahon
Annales de la Société archéologique de l'arrondissement de Nivelles ; nr. tome V, 1895, p. 1-64

La Tour de Moriensart / Jean Cette
Brabant ; nr. 11, novembre 1963, p. 32-34

 

Sites :

 

http://www.moriensart.be/