jeudi 17 mars 2016

La Bibliothèque publique centrale du Brabant wallon (FBW) vous propose un nouveau biblio-thème...



 Les livres audio des bibliothèques du réseau "Escapages"

Vous préférez écouter plutôt que lire…
Les livres audio sont faits pour vous !
 
Le réseau Escapages a le plaisir de porter à votre connaissance une bibliographie des livres audio, enregistrements sonores qui peuvent être empruntés dans les bibliothèques locales du Brabant wallon et d’ailleurs…


Cette liste reprend, classé par auteur, le descriptif simplifié d’ouvrages sous format CD.
Elle est arrêtée à décembre 2015.

Si vous souhaitez en retrouver les détails, consultez Caracol catalogue collectif du réseau http://www.caracol-bibliotheques.be ainsi que Socrate en Brabant wallon, catalogue collectif d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et Wavre www.bibliothequesbrabantwallon.be
 
Bonne… écoute.

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon (FWB)

vendredi 11 mars 2016

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon propose un nouvel "Actualivres"

Robot : batterie de dangers ?
 
De forme humanoïde ou pas, les robots sont déjà et seront développés pour remplacer l'homme dans des tâches bien précises.
La robotisation du travail par exemple est déjà en marche à grande échelle et, dans le contexte économique mondial actuel, en inquiète plus d'un...
 
Bonne semaine et belles lectures!

jeudi 10 mars 2016

Waterloo 1815 : intarissable source d'inspiration. 08

Les lendemains de Waterloo



La butte et le Lion de Waterloo :


Le projet de l’édifice remonte au lendemain de la bataille, dans l’euphorie de la victoire mais c’est le 28 octobre 1826 que le Lion de Waterloo fut hissé au sommet de la butte qui venait d’être achevée. La butte fut commencée six ans après la bataille, en 1821, année de la mort de Napoléon à Sainte-Hélène.

C’est avec huit jours de retard que le « Journal de Bruxelles » publia le communiqué suivant :

« Samedi dernier, au soir, le lion colossal élevé dans la plaine de Waterloo a été entièrement placé sur sa base. On monte jusqu’au piédestal par une pente en spirale presque insensible, mais pour élever les pierres nécessaires et les diverses pièces de cette masse énorme, on a pratiqué une montée directe qui existe encore… »
 
 
 
Le lion est de quelle nationalité ? Mr W. Aerts dit ceci :
 « Pour la foule, il symbolise la bataille de Waterloo sans plus : il n’est pas plus anglais que français, ni moins allemand que belge ou hollandais. Il est  et restera toujours l’image d’une épopée dans laquelle se mêlent tous les grands fracas de guerre d’une époque…. » (Folklore brabançon, juin 1940)
 
L’étude de l’auteur penche pour l’hypothèse selon laquelle le monument aurait été d’initiative belge avec le patronage bienveillant du Roi des Pays-Bas.
Ce monument semblait dû, en effet, à l’initiative d’un groupe de citoyens belges constitué en 1816 sous le nom de « Société de Waterloo ou de Belle-Alliance ». C’est en 1819 que sur des terrains achetés, le roi décida de l’érection d’un monument destiné au souvenir de cette bataille qui avait décidé du sort de l’Europe. Divers projets furent présentés et examinés, c’est le sculpteur malinois Louis Van Geel qui fut chargé d’exécuter le lion.
L’emplacement choisi est celui où le Prince d’Orange fut blessé. Cela pourrait indiquer une intervention ou du moins un accord du Gouvernement néerlandais.